La justice reproductive: un cadre théorique et militant

Le concept de justice reproductive (JR) a été introduit dans les années 1990 aux États-Unis par les membres du SisterSong Collective, un collectif de femmes Africaines Américaines militant pour les droits reproductifs (SisterSong Women of Color Reproductive Justice Collective, 2006). Elles créent ce concept dans un contexte où les luttes féministes pour les droits reproductifs de l’époque, portées principalement par des femmes blanches, étaient centrées sur le droit à l’avortement. Ces militantes s’opposent au contrôle et à l’exploitation du corps des femmes (Asian Communities for Reproductive Justice, 2005) et dénoncent les oppressions reproductives spécifiques vécues par les femmes non-blanches. Prenant la forme de stérilisations forcées, d’avortements contraints, de violences obstétricales ou encore de placement de leurs enfants, ces violences sont enracinées dans des stigmatisations et des discriminations de race, de genre et de classe.  

En dépassant les mouvements « pro-choix » qui isolent l’avortement des autres droits reproductifs (Ross, 2017), le mouvement pour la JR propose une dialectique entre le fait de ne pas avoir d’enfants et le fait d’en avoir, l’un ne pouvant pas fonctionner sans la prise en compte de l’autre (Daniel, 2021). Elles définissent la JR comme un cadre théorique et d’action (Ross & Solinger, 2017). Toute personne devrait avoir le droit de pouvoir choisir de ne pas avoir d’enfant si elle le souhaite, d’avoir un enfant si elle le désire et d’élever ses enfants sans subir ni violence ni discrimination.

Ainsi, au-delà de la question des droits, le concept de justice reproductive les aide à mettre en avant le continuum des oppressions vécues par les personnes racisées et/ou étrangères et la manière dont celles-ci impactent leurs possibilités de vie digne pour elles et leurs enfants. En ce sens, ce concept permet d’interroger le rôle de l’Etat dans la légitimation et le maintien des oppressions ainsi que les continuités entre colonialisme et oppressions contemporaines. Il facilite la déconstruction du cloisonnement Nord/Sud dans les politiques de régulation des corps et des choix reproductifs des personnes racisées et/ou étrangères (Ginsburg & Rapp, 1995). Si le mouvement pour la JR est à l’origine étatsunien, ce mouvement s’est internationalisé (Kim et al., 2019). En outre, même si les militantes ne font pas toutes référence au cadre de la JR (Morgan, 2015), nombre de mouvements portent des revendications qui s’y inscrivent, notamment les mouvements militants féministes autochtones et indigènes luttant contre les politiques antinatalistes racialisées dans les Amériques, qui ont légitimé et organisé les stérilisations forcées de milliers de femmes (Basile & Blanchard, 2020; Ballón, 2014; Supa, 2010). 

Le concept de JR a rapidement été intégré à la recherche anglophone afin d’analyser les oppressions reproductives subies par les femmes racisées aux Etats-Unis (Bridges, 2011; Briggs et al., 2013; Burger et al., 2022; Cook & Dickens, 2009; Eaton & Stephens, 2020; Johnston & MacDougall, 2021; Threadcraft, 2016; Zavella, 2020) ainsi que dans d’autres contextes régionaux, tels que l’Amérique du Sud (Castro & Savage, 2019; Chaparro & Freeman, 2023; Garcia, 2016; Grabe et al., 2020; Ruiz, date?; Singer 2019), l’Asie du Sud (Fixmer-Oraiz, 2013; Pande, 2017), l’Afrique de l’Ouest (Drabo et al., 2022; Suh, 2021), le Moyen Orient (Sestito, 2023) ou l’Europe (Duffy et al., 2022). Depuis quelques années de nouvelles recherches mobilisent ce cadre théorique afin d’éclairer les oppressions reproductives vécues plus largement par les groupes minoritaires : les femmes emprisonnées (Shlafer & Hardeman, 2019), les personnes LGBTI+ (Hernández & Upton, 2020; Lane, 2019; Tam, 2021), les personnes en situation de handicap (Fletcher, 2023) ou encore les personnes grosses (LaMarre et al., 2020). Enfin, des recherches récentes mobilisent la JR pour éclairer les effets des politiques inégalitaires et racialisées au niveau de l’environnement – et de sa détérioration – sur la santé reproductive des individus (Gaard, 2010; Onís, 2019). 

Références sur la Justice reproductive

Consulter notre bibliographie sur la Justice reproductive en cliquant ici


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Louise Virole (17 octobre 2023). La justice reproductive: un cadre théorique et militant. Justice Reproductive. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://justicerepro.hypotheses.org/4


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search